Colonisation de l’Afrique de L’Ouest

Avec l’abolition de l’esclavage, la logique du commerce triangulaire se trouve rompue. Parallèlement, l’essor des sociétés industrielles en Europe implique des besoins nouveaux en matières premières et en débouchés. Une volonté impérialiste voit également le jour, sous couvert d’un incroyable paternalisme: »Oui, les races supérieures ont un droit sur les races inférieures. Un droit parce qu’elles ont un devoir. Le devoir de les civiliser, de les éclairer, de les pacifier……Si la France veut rester un grand pays, elle doit porter partout où elle peut sa langue, ses moeurs, son drapeau, ses armes.

C’est en 1885 au congrès de Berlin, que les dirigeants européens vont se partager l’Afrique: L’Angleterre et la France se taillent la part du lion.
La conquête des terres de l’intérieure va se faire tantôt par la force armée, tantôt par des accords de protectorats qui mettront fin à des guerres locales.
Au début du XXème siècle, la quasi totalité de l’Afrique est colonisé.
La Haute Volta appartiendra jusqu’en 1919 à la colonie du Haut Sénégal Niger. A beaucoup d’endroit vont naître des poches de résistance. Les traités de protectorat seront parfois refusés:
Au Mali, les troupes Françaises prirent Sikasso avec le renfort de l’artillerie. Le roi Ba Bemba se suicida plutôt que d’être soumis. Figure emblématique de la résistance, Samory Touré s’opposa farouchement aux français aux confins du Mali, de la Côte d’Ivoire et de la Haute Volta. Arrêté et déporté au Gabon, il mourut en 1900. De plus les méthodes féodales des débuts de la colonisation (pillage des ressources, impôts, corvées conscription) ont provoqué des révoltes spontanées jusqu’en 1906.